Manière de faire  ↓

CAUWER Charlotte, Envoyée spécial au collège de Saint Herblain • Une permanence en milieu scolaire, 2022 • Podcast

Sommaire
 

Ça doit faire une drôle d’impression de retourner dans son ancien collège aux fins d’écrire la commande d’un nouvel établissement scolaire qui doit le remplacer. C’est ce qui est arrivé à Agathe Chiron, architecte designeuse pour le collège Ernest Renan de Saint Herblain près de Nantes. Avec Pascal Ferren, ils sont assistants à la maîtrise d’ouvrage et maîtrise d'usages pour le conseil départemental de Loire-Atlantique qui a la compétence des collèges. L’appel d’offre qu’ils rédigent impose aux architectes d’être accompagné par un designeur de service, soucieux qu’ils sont de travailler en amont avec les usagerEs, surtout pour des programmes particulièrement contraints comme ceux des établissements scolaires. En juin 2021, le département recrute l’agence K Architectures. Après un premier designeur qui préféra finalement se retirer du projet, c’est Charlotte Cauwer qui rejoint l’aventure pour trois ans. En un an, sa mission de designeuse au sein de la maîtrise d’œuvre a déjà permis de repenser bien des espaces et des usages du futur collège, le tout pour une participation minime au budget total du projet (0,4% du budget de la maîtrise d’œuvre).

Architecte de formation passée par le collectif PEROU (Pôle d'Exploration des Ressources Urbaines) pour expérimenter, dit-elle, une architecture non conventionnelle et explorer les ressources urbaines dans un souci d’hospitalité, des bidonvilles de Calais à l’accueil des sans-abris dans la capitale, elle a travaillé six ans durant au Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Essonne où elle s’est familiarisée à l’urbanisme transitoire, à tout ce patrimoine contemporain déjà vacant dans lequel elle a pu mettre en place des permanences architecturales aux fins de le réhabiliter. Au collège de Saint Herblain, elle devient « envoyée spécial » selon ses mots, designeuse en permanence, présente plusieurs jours par semaine pour observer les usages, croquer dans son carnet les manières d’habiter ce lieu, sensibiliser la communauté éducative et les collégienNEs au chantier du futur collège et recueillir auprès d’elles et eux, par mille et une ruses, ce qui en fera un établissement co-construit avec celles et ceux qui y travailleront.